Nouveautés Littérature adultes 2021

Littérature traduite

Il pleuvait à torrents et personne, vraiment personne, n’était prêt à ouvrir sa porte, et surtout pas à ces individus. Oui, il y avait des Blancs parmi eux–les humanitaires qui les accompagnaient–mais ils étaient tout aussi étranges que les autres malheureux, mal fagotés et mal en point. Que venaient-ils faire, ces envahisseurs, dans notre petit village où il n’y avait plus de maire, plus d’école, où les trains ne passaient plus et où même nos enfants ne voulaient plus venir? Nous nous demandions comment les affronter, où les abriter puisqu’il le fallait.
Eux aussi, les migrants, avaient l’air déboussolés. C’était pour ce coin perdu de Sardaigne, ce petit village délaissé, qu’ils avaient traversé, au péril de leur vie, la Méditerranée? C’était ça, l’Europe?


Une éruption volcanique recouvre de cendres San tiago du Chili le jour où doit y atterrir, en provenance de Berlin, l’avion qui transporte le cadavre d’Ingrid, une exilée chilienne qui souhaitait être enterrée au pays. L’appareil sera dérouté sur l’Argentine voisine, et Ingrid de connaître un nouvel exil. Au grand dam de sa fille Paloma, arrivée la veille, qui au volant d’un corbillard déglingué part en quête du cercueil, accompagnée par Iquela et Felipe, fille et fils d’ex-compagnons de lutte d’Ingrid. À la fin des années 1980, les parents avaient payé au prix fort leur opposition à la dictature de Pinochet. Exécutions sommaires et tortures méthodiques constituaient alors le lot quotidien des activistes. La délation aussi, parfois…

Deux voix s’élèvent ici en contrepoint : celle d’Iquela, tourmentée mais rationnelle, tout en désespoir retenu, et celle de Felipe, qui construit un monde furieux et délirant à base de mathématiques mortuaires. Fils d’un “disparu”, le jeune homme se livre au décompte compulsif des tombes et des morts ; c’est que le pacte du silence a créé, dans ce pays, beaucoup trop de morts sans corps ni mémoire. Le road trip cocasse et funèbre à travers les Andes – voyage initiatique au-delà de la frontière – suffira-t-il pour que ces jeunes gens cessent d’être les exécuteurs testamentaires de la mémoire de leurs parents et deviennent les protagonistes de leur propre histoire ?


Roman

Albin Michel

Naples, 1946. Amerigo quitte son quartier pour monter dans un train. Avec des milliers d'autres enfants du Sud, il traversera toute la péninsule et passera quelques mois dans une famille du Nord : une initiative du parti communiste vouée à arracher les plus jeunes à la misère après le dernier conflit mondial.

Loin de ses repères, de sa mère Antonietta et des ruelles de Naples, Amerigo découvre une autre vie. Déchiré entre l'amour maternel et sa famille d'adoption, quel chemin choisira-t-il ?

S'inspirant de faits historiques, Viola Ardone raconte l'histoire poignante d'un amour manquée entre un fils et sa mère. Immense succès en Italie et en cours de traduction dans 29 pays, ce roman remarquable révèle une auteure d'exception.

« Le Train des enfants est une histoire qu'il fallait absolument raconter, et Viola Ardone le fait avec passion et maestria. » Il Corriere della Sera