EAN13
9782846545761
ISBN
978-2-84654-576-1
Éditeur
Croît vif
Date de publication
Collection
AQUITAINE
Nombre de pages
748
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Correspondance d'Étienne Henri Harouard du Beignon, négociant rochelais

De 1759 à 1762

Croît vif

Aquitaine

À paraître
Cette correspondance inconnue du négociant rochelais Etienne Henri Harouard du Beignon est précieuse car elle date d'une période particulièrement sensible pour l'histoire de la ville et du port de La Rochelle, la guerre de Sept ans. Celle-ci s'achèvera par le désastreux traité de Paris de 1763 qui entraîne, coup considérable porté à l'économie de la ville, la perte du Canada.
Dans ses lettres, Harouard décrit la situation dramatique d'un port privé d'activité  ; il évoque les incursions anglaises qui bloquent les ports, les prises effectuées par les navires anglais, y compris des embarcations qui assurent la liaison avec l'île d'Oléron, les troubles apportés au cabotage effectué essentiellement par les Hollandais.
La correspondance du négociant retrace également le cadre social dans lequel il évolue, ses relations familiales, son cadre de vie, la gestion de ses propriétés qu'il suit attentivement et ses lettres apportent d'infinies précisions sur la vie rochelaise de l'époque. A travers elles, c'est la vie quotidienne d'un notable rochelais qui est restituée avec des préoccupations très matérielles comme le prix des céréales ou la production de ses vignes. Ses lettres livrent enfin de précieuses indications sur la gestion financière des capitaux d'un négociant qui, manifestement, s'est considérablement enrichi dans le commerce, y compris négrier, et cherche à protéger son capital en plaçant avantageusement ses disponibilités, notamment dans l'achat de charges pour ses enfants. 
Les lettres de Henry Etienne Harouard du Beignon, en restituant la vie du port et de la ville de La Rochelle à un moment particulièrement important de son histoire, constituent un témoignage particulièrement précieux et utile.
S'identifier pour envoyer des commentaires.