EAN13
9782358722407
ISBN
978-2-35872-240-7
Éditeur
La Fabrique
Date de publication
Nombre de pages
200
Dimensions
16,8 x 11 x 0,1 cm
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Paris quand même

La Fabrique

À paraître
Qu’est devenue, que devient l’ex « capitale du XIXème siècle » que Walter Benjamin sut reconnaître dans Paris ? N’est-elle plus qu’une ville-musée, doublée d’une ville de pouvoir d’où le peuple est exclu et où les traces de ce qu’elle fut disparaissent ou sont marchandées ? Il y a de ça, hélas, et malgré de nombreuses résistances très inégalement réparties entre les quartiers, la cote d’alerte est souvent dépassée : dans des zones entières la ville ne se reconnaît plus. A l’âge des destructions systématiques a succédé une autre forme d’intervention, plus subtile mais tout aussi efficace, qui consiste à modifier la texture et les contenus de pans entiers de l’être urbain.
Au centre presque exact de Paris se trouvait un magasin, La Samaritaine, dont le slogan était qu’on pouvait tout y trouver. Or aujourd’hui ce magasin n’a pas été détruit mais il est transformé en un énorme cartel de marques de luxe doublé d’un hôtel où les chambres les moins chères sont à 1150 euros la nuit. Ce n’est là que l’exemple le plus criant d’une liquidation scandaleuse au terme de laquelle ne resteraient plus de Paris que des souvenirs littéraires. Or la force de cette ville a toujours été de savoir conserver en son sein, fut-ce de façon secrète, non seulement les traces de ce qu’elle a traversé, mais aussi les signes de ce qu’elle a suscité comme espérance.
Conçu, à l’instar de ceux d’Eric Hazan, comme une promenade, le livre de Jean-Christophe Bailly se propose de donner un état des lieux, en mêlant à la protestation contre les opérations immobilières du capitalisme le plus éhonté l’évocation de glissades heureusement encore possibles, mais menacées.
S'identifier pour envoyer des commentaires.