EAN13
9782380721034
ISBN
978-2-38072-103-4
Éditeur
Kimé
Date de publication
Nombre de pages
180
Dimensions
21 x 14,5 x 0,1 cm
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Hannah Arendt et la question noire

Kimé

À paraître
Dans cet ouvrage, qui a fait l’objet aux États-Unis d’une réception importante à sa parution, Kathryn Belle analyse la position problématique, pour ne pas dire choquante, que Hannah Arendt a défendue sur ce qu’elle appelle elle-même la « question noire », en particulier dans ses « Réflexions sur Little Rock ». Cet article d’Arendt a suscité une vive polémique dès sa parution en 1959, celle-ci s’opposant au fameux arrêt Brown de la Cour suprême qui avait mis fin à la ségrégation dans l’enseignement public. Ce faisant, Arendt manifeste à l’évidence une profonde incompréhension de la lutte des Noirs américains pour leur émancipation.
Kathryn Belle montre que le conservatisme d’Arendt s’explique non seulement par ses préjugés à l’endroit des Africains et des Afro-américains, mais aussi par certaines distinctions au cœur de sa théorie politique, notamment celle entre le social, le politique et le privé : tandis que pour Arendt la sphère politique se caractérise en principe par l’égalité entre les citoyens, la sphère sociale, dont relèvent selon elle les établissements scolaires, implique un droit de discriminer, c’est-à-dire de fréquenter et d’exclure les personnes de son choix, qui ne saurait être limité par la loi.
Par ailleurs, les thèses d’Arendt sur la violence sont reconsidérées à l’aune de sa tendance à discréditer la violence des opprimés plutôt que celle des oppresseurs, aussi bien dans le contexte de la lutte contre le racisme et la ségrégation que dans celui de la décolonisation.
S'identifier pour envoyer des commentaires.