EAN13
9791091902946
ISBN
979-10-91902-94-6
Éditeur
Fario
Date de publication
Collection
THEODORE BALMOR
Nombre de pages
240
Dimensions
20,5 x 14 x 0,1 cm
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Des indésirables

Quatre manières de traiter un embarras

Fario

Theodore Balmor

À paraître
Sous le titre Des indésirables sont étudiées et confrontées des situations différentes mais présentant des points communs ou des analogies. C’est, d’abord, un détail de la législation de Vichy de 1940; l’«embarras», ici, ce sont les Juifs : il faut les faire tout simplement disparaître. Quelques mots paraissent suffire à cette opération. Il s’agit, ensuite, du rejet du protestantisme, au début du XIXe siècle, de la part de Joseph de Maistre avec son équivalent chez Novalis ; terrain propice au développement d’un certain théologico-politique «à la française». Le troisième chapitre évoque la réflexion d’Edgar Quinet (et, à sa suite, Simone Weil) sur la continuité entre les Grecs de l’époque classique et le christianisme ; le judaïsme est donc l’absent de la civilisation, les Grecs sont d’emblée déjà-chrétiens. Le dernier chapitre reprend une analyse de Péguy qui montre comment la pédagogie moderne réduit l’enfant pour le faire accéder à l’état adulte, le rendant proprement inexistant.
Dans ces quatre cas, c’est un objet indésirable qui est effectivement façonné, qui est désigné en tant qu’embarras. On croit donner ainsi toutes les raisons de le faire disparaître, et ce, définitivement. Ce sont là des façons de fabriquer du non-être pour pouvoir rapidement s’en défaire. Le paradoxe est, ici, que la haine s’en prend à des formes imaginaires qu’elle contribue à former continuellement. Quatre institutions sont évoquées par ce biais, en vue de cerner cette logique singulière d’exclusion et de destitution : l’État, l’Église, l’Histoire, l’Éducation.
Accommoder le temps et réduire la langue à quelques vocables ou à des mots d’ordre, ce sont, aux yeux de l’Institution, des manières de faire qui doivent permettre une éviction réussie de ce qui gêne foncièrement, voire une épuration rassurante, et qui fournissent, également, en quelques phrases, un surcroît de narcissisme à un « nous » fabriqué de toutes pièces.
Ces quatre modalités d’éjection sont, selon l’auteur, constitutives de notre modernité. Elles appartiennent à l’histoire française récente et, pour certaines, contiennent de véritables germes de guerre civile. Rien ne dit qu’elles aient disparu.
Jean-Michel Rey est né à janvier 1942 à Paris. Il a enseigné la philosophie et l'esthétique à l'Université de Paris VIII de 1969 à 2008. Il a fondé et dirigé avec Marie Moscovici la revue L’Ecrit dutemps (1982-1988) aux éditions de Minuit. Il a été directeur de programme au Collège International de Philosophie de 1992 à 1998. Il est l’auteur d’une vingtaine de livres sur Nietzsche, Freud, Kafka, Valéry, Péguy, Artaud, Thomas Mann. Jean-Michel Rey pense donc, de longue date, que philosophie et littérature sont indissociables, et qu’entre le politique et la philosophie les liens sont étroits.
S'identifier pour envoyer des commentaires.